06.38.84.85.66

Informations

L'actualité de l'immobilier en Pays de Monts / Pays de Vie

Conseils d'inspiration maison pour mieux vendre son bien !

Lorsque vous souhaitez revendre votre maison sans l’aide d’un expert ou d’un agent immobilier, cela s’accompagne souvent de stress et d’incertitude. Vous voulez tirer votre épingle du jeu et conclure la vente rapidement (idéalement au meilleur prix) ? Gardez les pieds sur terre et ne soyez pas trop enthousiaste. Pensez aussi à vous remettre en question et à ne pas faire fuir les candidats acheteurs. Voici quelques conseils qui, nous l’espérons, porteront leurs fruits !

 

Votre jardin, plus important que vous ne l’imaginez

Bien sûr, les visiteurs veulent découvrir l’intérieur de la maison et en l’occurrence inspecter son état. Mais ne vous trompez pas : le jardin retient tout autant leur attention. Ce serait dommage de ne pas en tenir compte. L’herbe atteint un mètre de haut derrière votre maison ou votre parterre avant est peuplé de mauvaises herbes ? Bref, tout cela donne une impression de jungle sauvage, plutôt que de beaux parterres accueillants. Évitez de perdre des points donc.

revendre votre maison : jardin

L’équilibre entre l’ordre et le désordre !

Un pull en boule sur le fauteuil, les cartables des enfants dans un coin de la chambre, une pile de journaux sur la table… Le désordre est inévitable dans la maison, surtout si vous y vivez en famille. Mais c’est si agréable : un vrai foyer est synonyme d’endroit où l’on crée des souvenirs ! Pourtant, pour les visiteurs, les affaires qui traînent ne sont pas vues d’un bon œil. Elles peuvent devenir un véritable obstacle (comme enjamber les jouets au milieu du couloir).

En conclusion : n’oubliez pas un petit état des lieux avant de recevoir les acheteurs potentiels. Rangez dans des boîtes provisoires et branchez une petite musique en arrière-plan.

revendre votre maison

Avis aux propriétaires d’animaux

Vous n’imaginez plus votre vie sans votre compagnon à quatre pattes, mais tout le monde ne partage pas cet avis. Les visiteurs n’apprécient peut-être pas que le chien domestique leur saute dessus en passant le pas de la porte. Gardez vos animaux à l’écart le temps du rendez-vous.

Une odeur désagréable de … spray W.-C.

revendre-maison-tarteContrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas une si bonne idée que ça d’embaumer la maison d’un spray à la lavande ou au citron. De telles odeurs artificielles peuvent donner l’impression que vous voulez masquer quelque chose aux acheteurs potentiels. Notre conseil : cuisinez une tarte aux pommes. Invitez-les à déguster un morceau. Séduits par le geste et par le goût, ils garderont un souvenir plus que positif de leur visite.

D’autres conseils pour vendre votre maison ?

Pourquoi ne pas profiter du coup de pouce d’un professionnel ? En ce qui concerne la décoration de votre habitation, une tendance a émergé ces dernières années : la valorisation immobilière ou Home Staging. Peut-être que si l’on évoque les émissions de Stephane Plaza, vous comprenez mieux de quoi il s’agit ! Vous pouvez en tous les cas compter sur nous pour quelques autres conseils précieux afin d’embellir votre intérieur et trouver un digne acquéreur !

 

PRET A TAUX ZERO CONDITIONS

NOUVELLES CONDITIONS POUR LE PRET A TAUX ZERO EN 2016 :
 
PTZ dans l'immobilier neuf :
 
Financement jusqu’ à 40 % de l’achat du bien immobilier
Augmentation des plafonds de ressources pour une plus grande
accessibilité
Rallongement de la durée de différé de remboursement de 5 à 15 ans
 
PTZ dans l'immobilier ancien:
 
Le montant minimum des travaux devra représenter au moins 25% du
coût total de l’opération.
 
Le type de travaux; 
- La création de surfaces habitables nouvelles ou de surfaces annexes
- La modernisation, l’assainissement ou l’aménagement des surfaces
habitables ou des surfaces annexes
- Les travaux d’économies d’énergie, à l’exception de ceux financés
grâce à un éco PTZ.
 
Le bénéficiaire du PTZ s’engage à réaliser les travaux sous un délai de
3ans il devra ensuite justifier de la réalisation de ceux-ci au moyen de factures.
 
C'est le moment de profiter de ces conditions avantageuses !

Belles perspectives pour l'immobilier en 2016 "les Echos.fr"

L’immobilier ancien démarre 2016 sur les chapeaux de roue

MYRIAM CHAUVOT / JOURNALISTE | 

Le nombre de transactions sur les logements anciens a grimpé de près de 16 % en 2015.
Les prix ont cessé de baisser et ont même connu une nette hausse au quatrième trimestre.

Le marché des logements anciens démarre 2016 sur les chapeaux de roue. Tandis que le neuf devrait continuer son redressement entamé l’an dernier (lire ci-dessous), dans l’ancien, qui représente la vaste majorité des transactions, la reprise s’accélère.

« Nous devrions finir l’année 2015 à environ 800.000 transactions, contre 692.000 en 2014, soit presque 16 % de plus, avec une légère baisse des prix », estime Jean-François Buet, président de la Fédération des agents immobiliers (Fnaim). Un niveau qui « se rapproche des records historiques de la première partie des années 2000 », souligne-t-il.

La reprise est avérée dans toutes les régions. Le record est détenu par la Bretagne (quasiment + 20 %, mais elle part de bas), quand, même la région la moins performante, la Corse, progresse de 4,8 %. L’Ile-de-France est dans la bonne moyenne (+ 16,6 %). Seul bémol aux calculs régionaux de la Fnaim : ils ne distinguent pas l’urbain du rural. En tout cas, remarquent les agents immobiliers, le marché des résidences secondaires s’est lui aussi réveillé, tout comme les résidences principales et l’investissement locatif.

Peur boursière

« Les investisseurs en immobilier ancien locatif, qui représentaient en moyenne 7 % des ventes de 2011 à 2013, mais avaient disparu en 2014, sont revenus depuis septembre et nos agents notent un retour encore plus marqué depuis le krach boursier de début janvier », remarque Jean-François Buet. Pourtant, les loyers dans l’ancien ont baissé l’an dernier partout en France (– 1,3 % en province et – 0,8 % en Ile-de-France), remarque la Fnaim.

Corollaire du rebond de la demande, les prix ont grimpé de 2,2 % au quatrième trimestre 2015 en province et de 0,7 % en Ile-de-France. Ils restent en baisse sur l’ensemble de l’année. Pour 2016, la Fnaim dit prévoir des prix stables en moyenne nationale pour une activité restant soutenue, avec au moins 700.000 transactions.

Car la reprise pourrait s’essouffler si les prix devaient monter. Une autre limite est la nature des biens demandés, qui ne correspond pas à l’offre. Les résidences principales de grande taille ne trouvent pas preneur. « Le cœur de la demande, ce sont des logements de taille moyenne en milieu urbain »,constate le président de la Fnaim, en observant que, d’«  une manière générale, le panier moyen n’est pas plus élevé qu’en 2014 ». Ainsi, il y a un retour des premiers acheteurs, mais toujours pour des biens de 100.000 à 150.000 euros.

Dans ces conditions, « la récente extension du prêt à taux zéro à l’ancien avec travaux ne changera pas la donne sur la demande de premiers acheteurs. Ce sera juste un effet d’aubaine pour ceux qui auraient de toute façon acheté dans l’ancien avec travaux », estime Jean-François Buet. Car les travaux doivent représenter au moins 25 % du prix de l’opération (donc travaux inclus), « soit 33 % du prix d’achat sans travaux », poursuit-il.

Enfin, les disparités de prix restent impressionnantes. Paris valait 8.413 euros le mètre carré fin 2015, Lyon, Bordeaux, Lille et Ajaccio plus de 3.000 euros le mètre carré, alors que Limoges, Poitiers ou encore Clermont-Ferrand coûtaient moins de 2.000 euros le mètre carré. 


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/immobilier-btp/021655701062-limmobilier-ancien-demarre-2016-sur-les-chapeaux-de-roue-1196228.php?BXx2bczp5TyckzbX.99#xtor=CS1-31

Les diagnostics pour la vente d'un bien immobilier

Acquéreurs, vendeurs, les diagnostics immobiliers obligatoires vous protègent.

Pour l’acquéreur c’est une information toujours croissante, pour le vendeur cela évite de nombreux litiges.

Dans le cadre d'une vente immobilière, dès la mise en vente, le vendeur est tenu d’informer l’acquéreur potentiel de la performance énergétique (DPE) de son bien. Depuis le 14 juillet 2010 et depuis le 1er janvier 2011, la classification du bien (performance énergétique) doit obligatoirement apparaitre dans l'annonce de vente.

Puis, un certain nombre de diagnostics concernant l'état du bien vendu (termites, amiante, gaz, plomb, etc) doivent être renseignés dès le compromis ou la promesse de vente.

Cela à ‘avantage :

1 / D’offrir à l'acquéreur un information précise sur le bien visé afin qu’il puisse s’engager pleinement conscient de l’état du bien. En tout cas sur ce qui a été diagnostiqué.

2 / D’offrir au vendeur une  protection en l'exonérant de la garantie des vices cachés.

La loi oblige le vendeur la réalisation de ces diagnostics, sans quoi la vente ne peut se réaliser.

Dans le cas d’une vente en copropriété, vient s’ajouter l'obligation d’informer l'acquéreur de la surface « loi Carrez » du bien en vente (voir le chapitre « La loi Carrez »)

Nous conseillons à nos acquéreurs potentiels d’aller au delà de ces diagnostics, en procèdent à maximum de vérifications et à s'intéresser à d'autres points.

Nous conseillons à nos vendeurs de faire réaliser l'ensemble des diagnostics et ce, en amont de la mise en vente de leur bien. Ceci afin de les soumettre aux acquéreurs potentiels lors de la présentation de votre bien et d’en avoir la plus grande transparence. En aillant cette transparence, la visite sera plus pertinente et nous offrons à nos acquéreurs les éléments utiles leur permettant de faire une offre d'achat réfléchie.

Les diagnostics immobiliers proprement dits

Le regroupement de l'ensemble des diagnostics doit être annexé lors de l’établissement du compromis de vente, et ensuite à l'acte authentique de vente  Cette information est regroupée sous forme d'un dossier de diagnostic technique (DDT).
Le DDT (Dossier de diagnostic technique) est constitué des documents suivants :
- Le constat de risque d'exposition au plomb (CREP)
- L'état mentionnant la présence ou l'absence de matériaux ou produits contenant de l'amiante
- L'état relatif à la présence de termites dans le bâtiment
- L'état de l'installation intérieure de gaz
- L'état des risques naturels, miniers et technologiques (ERNMT)
- Le diagnostic de performance énergétique (DPE)
- L'état de l'installation intérieure d'électricité 
- Le document établi à l'issue du contrôle des installations d'assainissement non collectif.

Le nombre de diagnostics inclus dans un DDT dépend :
- De la nature du bien
- De sa date de construction
- De sa localisation.

Nous sommes à votre disposition pour déterminer vos besoins en diagnostics.

La mise à disposition des diagnostics n’est qu'une obligation d'information.
Les résultats de l’ensemble des diagnostics, n'oblige en aucun cas le vendeur à réaliser les travaux correspondants à ces derniers, ni à en supporter le coût financier.

L'importance de remettre les diagnostics

Le dossier de diagnostic technique doit être remis à l'acquéreur au plus tard lors de la signature de la promesse ou du compromis de vente dont il constitue une annexe obligatoire.

La fourniture des diagnostics est importante pour l'acheteur puisqu'elle lui garantit une meilleure connaissance du bien. C'est également une formalité capitale pour le vendeur puisqu'elle lui permet d'éviter nombre de litiges après la vente.

En revanche, si le vendeur ne joint pas les diagnostics obligatoires, il ne peut pas s'exonérer de la garantie des vices cachés vis-à-vis de son acquéreur. Autrement dit, si après la vente, l'acquéreur découvre la présence de plomb, d'amiante, de termites ou si l'installation de gaz ou d'électricité est dangereuse, il peut engager la responsabilité du vendeur afin de lui demander un dédommagement.

Si vous ne fournissez pas l'état des risques naturels et technologiques, l'acheteur peut demander l'annulation de la vente ou une diminution du prix. Vous avez donc tout intérêt à remettre l'ERNT !

Rappelons toutefois que les diagnostics ne constituent qu'une obligation d'information. Quel que soit le résultat d'un diagnostic, la vente peut être réalisée : il est parfaitement possible de vendre un bien avec de l'amiante, du plomb, etc ! Par ailleurs, rien n'oblige le vendeur à effectuer des travaux ni à les supporter financièrement mais, bien évidemment, le candidat acquéreur est totalement libre de négocier le prix lorsqu'il prend connaissance du contenu des diagnostics.

Etablissement des diagnostics

L’établissement de ces diagnostics doit être effectués par des diagnostiqueurs ayant les compétences et assurances requises. Depuis le 1/11/2007, ceux-ci doivent être certifiés (obtention d’examens nationaux théoriques et pratiques).

Peuvent-être réalisés par un particulier : le métrage loi Carrez, l'état des risques naturels et technologiques. Mais sachez qu’en réalisant vous-même le mesurage, vous engagez votre propre responsabilité et serez responsable devant la loi en cas d’erreur (voir notre chapitre sur la Loi Carrez).

Nos conseils

Acheter un bien est un acte important, c’est la raison pour laquelle nous vous conseillons d’aller au-delà des diagnostics immobiliers obligatoires. Ceux-ci ne se référent uniquement aux parties privatives.

Dans le cas d’achat d’un bien dans un immeuble collectif, soyez attentifs à l’ensemble des informations concernant la copropriété, notamment :
- Les diagnostics relatifs aux parties communes.
- Le règlement de copropriété déterminant les droits et les obligations des copropriétaires. Le vendeur doit vous en permettre la consultation.
- La bonne ou mauvaise gestion de la copropriété. Qui est le syndic en place ?

Dans le cas d’achat d’une maison individuelle, soyez attentifs, notamment :
- Aux éventuelles présences de servitudes (droit de passage, de puisage, de vue,  de tour échelle, etc)
- Si il y une piscine, au système de sécurisation installé.
- S’il y a une installation de récupération d'eau de pluie, à l'état de celle-ci.

De manière générale, avant d'acheter, il convient de s'intéresser au bien dans toutes ses composantes et à son environnement.

Savoir choisir son agent immobilier

La réalisation de toute opération immobilière, ACHAT, VENTE, LOCATION n’est pas sans risque.
Chacune de ces opérations impliquent un engagement des parties.
Que l’on soit propriétaire vendeur ou bailleur, ou bien candidat à l’achat ou à la location, la réalisation de l’opération dans de bonnes conditions exige à la fois une excellente connaissance du marché local et la parfaite maîtrise des aspects juridiques liés à ladite opération.
S’adresser à son AGENT IMMOBILIER s’avère indispensable !
Choisir son agent immobilier est aussi une démarche importante.

Premièrement ne pas confondre AGENT IMMOBILIER et MANDATAIRE IMMOBILIER.

  • Le premier dispose d’une carte professionnelle délivrée par la préfecture ainsi que d’assurances professionnelles, il vous apporte donc des garanties sérieuses quant à son implication dans l’opération. Il est également en mesure de rédiger ses actes et expressément autorisé (selon son degré de compétence) à délivrer un conseil juridique dans le cadre des opérations immobilières auxquelles il participe.
  • Le second, n’est soumis à aucune exigence de formation, ou de diplôme, il dépend parfois de réseaux nationaux et dans ce cas exerce sans réel contrôle son activité, il n’est d’ailleurs pas en mesure (par son statut) de rédiger lui même les actes engageant les parties, le recours à ce type d’ intermédiaire s’avère hasardeux.

D’clic Immo est un professionnel réunissant à la fois la connaissance du marché local, et une Carte Professionnelle Transaction gage de votre sécurité.

Nous rédigeons nous-mêmes les actes juridiques nous vous offrons notre expertise et notre analyse pour que vos opérations immobilières soient sécurisées.